Image default
Mode / Fashion / Beauté

Passer de brune à blonde : mode d’emploi

Voilà un petit bout de temps que j’ai fait un retour à la case départ – ma couleur naturelle, quoi. Mais pour celles qui débarquent ici pour la première fois, sachez que j’ai été blonde pendant quasiment un an. Pas un blond bébé, mais un blond de surfeuse, avec des mèches, des racines bien délavées. Un truc un peu destroy mais pas trop, et surtout pas vraiment ultra sage. De toute façon, il faut au moins une fois dans sa vie tenter d’être blonde : pour le fun, pour la beauté du test, par défi personnel ou que sais-je encore… Et je me rends compte qu’à l’époque je ne vous avais pas vraiment expliqué ce qu’impliquait de passer de brune à blonde.

Je vous recommande tout d’abord de lire ce papier que j’avais écrit pour Puretrend, à l’époque, avec des réponses de professionnels de la coiffure.

Première étape : comment passer de brune à blonde ?

Là j’ai envie de dire : à chaque coiffeur sa méthode – de toute façon ils appellent tous ça plus ou moins par des noms fantaisistes. Mais dans mon cas, j’ai subi plusieurs décolorations (et aussi une un peu plus forte sur certaines mèches). Mais le principal c’est de ne SURTOUT PAS devenir blonde en 1 journée (si vous êtes super brune à la base j’entends). Ou en deux jours. Ou en une semaine. A moins que vous ayiez envie d’une transformation radicale, mais l’effet escompté sera au rendez-vous si vous avez beaucoup de bol. Je m’explique.

  • Tous ces processus de décoloration / coloration abîment le cheveu. On peut vous raconter tout et n’importe quoi, croyez juste ça : ça nique littéralement le cheveu. Alors si vous avez envie de vous retrouver avec une botte de paille en guise de crinière soyeuse, allez-y, foncez. Mais ne pleurez pas parce que vous avez flingué vos cheveux. Il y a bien évidemment différents processus qui permettent d’amenuiser l’effet paille, mais ce n’est pas dingue. Et tous les soins du monde ne parviendront jamais à vous rendre des cheveux totalement sains, sachez-le. Les coiffeurs professionnels que je connais, ne laisseront jamais quelqu’un devenir blonde de manière aussi radicale. Sauf si la cliente le demande et assume d’avoir des cheveux de merde par la suite.
  • Si vous avez fait des trucs sur vos cheveux avant (coloration, etc…), il faut que votre coiffeur prenne tous ces facteurs en considération et du coup cela peut prendre beaucoup plus de temps pour décolorer votre tignasse. C’est une histoire de chimie, pour le coup.
  • On ne sait jamais à l’avance ce qui nous ira ou pas, surtout du côté capillaire. Alors on décolore en douceur, histoire de bien s’adapter au changement : parce que passer de brune à blonde, ça fait vraiment pas mal de changements en termes de make-up par exemple !
  • La couleur évolue au fil du temps. Les couleurs de grandes chaînes de coiffeurs, en général pas vraiment puisqu’ils ne travaillent pas les pigments comme des artistes, ils te sortent grosso modo une teinte d’un tube, la dosent et basta. Mais les coiffeurs qui bossent un peu comme des artistes peintres, eux, vont plus souvent te faire une couleur qui aura bien changé de tête au bout d’une semaine : ça se patine, ça vire un tout petit peu (mais pour obtenir l’effet voulu justement). Et ce n’est pas en une fois X décolos & colos que vous pourrez franchement arriver à un truc harmonieux qui dure dans le temps. Ca vous plaira peut-être sur le coup, dans les semaines suivantes. Mais honnêtement, après ça deviendra moche.

Et les racines alors ?

Vous avez plusieurs parti pris. Celles qui laissent les racines bien apparentes sans patine. Là, c’est honnêtement un peu freaky. Celles qui veulent un effet racine avec patine et tout le bazar, c’est ce que j’avais fait : ça permet aussi de faire durer la couleur plus longtemps, tu n’es pas obligée de refaire tes racines toutes les 3 semaines en gros. Et celles qui masquent tout mais alors là, attendez-vous à faire des retouches quasiment en permanence sinon ça devient vite pas super esthétique.

Et les sourcils ?

A l’époque, j’avais pris le parti de laisser mes sourcils bruns, en me disant qu’après tout, certaines stars avaient fait ce choix. Sauf que bon, je ne suis pas une stâââââââr. Si j’avais su je les aurais un poil décoloré, pas trop non plus mais quand même un peu. Après, tout est une histoire de goût. Et ça ne se discute pas, ce genre de truc.

Et ça change quoi en terme de make-up ?

Pas mal de choses, justement. C’est comme quand vous êtes bronzées ou pas, vous adaptez votre maquillage. Bon, eh bien là c’est la même chose. A l’époque, quand j’étais blonde, mes traits paraissaient plus doux, je n’avais pas besoin d’en faire des tonnes comme maintenant où le brun donne certes du caractère mais tu dois plutôt foncer certaines zones pour donner du relief. Quand j’étais blonde, il y a aussi des couleurs que je n’utilisais plus, parce que ça faisait vulgaire ou tout de suite très connoté. A ce moment-là, si je voulais les utiliser, c’était par petites touches, en contrebalançant avec un truc plus neutre. En fait, quand tu deviens blonde, tu dois tout de même vérifier que les teintes te vont à nouveau, voire en trouver de nouvelles qui réchauffent un peu le tout. Avec le temps, on s’y retrouve.

Et l’entretien du blond ?

Galère si tu veux garder de jolis cheveux. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que je me suis mise au lissage brésilien…

Bien évidemment, ce billet ne vous donne que quelques pistes pour réussir votre transformation. Je n’affirme pas avoir le monopole du bon goût, moi-même j’ai déjà fait des erreurs. Mais si on peut s’échanger des petits tips bien utiles, ça fait toujours plaisir !

cheveuxcolorationpasser de brune à blonde

Autres articles

L’innovation pour les indécis du tatouage

Irene

Résolutions beauté : je fais quoi pour la rentrée ?

Irene

My Little Christmas Box by Monoprix

Irene

Absolu Rouge Sheer Lancôme

Irene

Sunblock Lush : on a testé cette protection solaire solide

Irene

Tendances maquillage automne 2022 : A quoi s’attendre ?

Irene