Image default
Mode / Fashion / Beauté

Epilation maillot : tout ce qu’il faut (vraiment) savoir

Aaah, l’épilation maillot… Vaste sujet, n’est-ce pas ?! On est parfois gênée à l’idée d’en discuter avec nos copines ou notre maman, on se demande parfois si nos habitudes sont les bonnes… et puis, on se surprend à fouiner sur Internet à la recherche de conseils dédiés à l’épilation maillot. Eh bien… tadaaaam, vous êtes bien tombées !
Figurez-vous qu’en 9 ans de 76news, on avait relativement peu abordé cette thématique… alors que vous avez été (très) nombreuses à me solliciter. Nous voilà donc aujourd’hui à discuter ensemble de l’épilation maillot. Prenez un thé, grignotez des gâteaux…on est entre nous, ça va bien se passer ! Et n’hésitez pas à partager vos astuces via les commentaires, c’est cool aussi de pouvoir échanger.

L’épilation maillot, ça se prépare !

Comme n’importe quelle épilation ou session rasage, d’ailleurs ! On vous avait déjà dressé un petit topo anti poils incarnés, mais je vais tout de même résumer rapidement ici :

  • On fait un petit gommage. Pas de souci sur le pubis, avec un produit hyper doux (on ne frotte pas comme une dératée, s’il-vous-plaît !) et on évite la zone des lèvres.
  • On hydrate. Idem, on ne touche pas aux lèvres et on se contente du pubis.

Vous pouvez avoir recours à ce rituel la veille, c’est encore mieux. Comme ça on ne sur-sollicite pas sa peau, surtout quand elle est sensible.

A lire :
Epilation du maillot : bonne ou mauvaise pour la santé ?

Quelle méthode choisir pour une bonne épilation maillot ?

Libre à vous de choisir ce qui vous plaît en fonction de votre budget, de votre envie mais aussi de votre résistance à la douleur.

  • La pince à épiler : non seulement ça fait plutôt mal mais en plus ça prend des millénaires (au moins !!!) à épiler. A vous de choisir votre camp…
  • La cire : c’est la méthode presque radicale puisqu’elle arrache les poils à la racine et permet une repousse plutôt lente. A vous la douceur et la tranquillité pendant plusieurs semaines ! Seul bémol ? La douleur. Avouons-le, retirer soi-même une bande de cire sur cette zone, c’est la mission si on est super douillette. Dans ce cas-là, peut-être vaut-il mieux faire confiance à une esthéticienne. D’expérience, c’est plus facile de gérer sa propre douleur quand quelqu’un d’autre s’occupe de « faire le sale boulot » (autrement dit, vous torturer, ah ah ah !).
  • La crème dépilatoire : attention, elle peut devenir votre meilleure ennemie ! Si vous souhaitez travailler la zone des lèvres, la crème dépilatoire n’est pas le meilleur outil : elle peut apporter son lot d’irritations ou d’infections vaginales… Sur le pubis, cela reste tout de même une valeur sûre : les poils les plus fins partent rapidement, et la repousse vous fera gagner un jour, comparée à la repousse suite au rasage.
  • Le rasoir : j’avais pris soin de lister toutes les bonnes façons d’utiliser un rasoir à l’occasion d’un partenariat avec Gillette Venus Swirl, n’hésitez pas à les (re)découvrir ! Le rasage a le mérite d’être une solution hyper rapide : en quelques minutes, vous voilà débarrassée de vos poils. Seulement, gare à la repousse ! Comme les poils ne sont pas arrachés (juste coupés), cela a vite tendance à gratter et devenir inconfortable. Dans tous les cas, ne vous rasez jamais à sec et faites très attention aux micro-coupures.
  • Et la tondeuse bikini, elle sert à quoi ? Pour moi, c’est plutôt un appareil pour élaguer les poils avant une session rasage, ou pour parfaire une épilation.

Sachez que vous pouvez opter pour d’autres méthodes au caractère plus ou moins définitif. L’épilation à la lumière pulsée est aujourd’hui pas mal plébiscitée pour le pubis et tout ce qui dépasse du maillot. Gardez tout de même en tête que les poils ne disparaîtront pas pour toute votre vie.
En fonction de votre budget, vous pouvez également vous rendre en centre dermato spécialisé pour plusieurs séances de laser, une solution à caractère définitif. Veillez à vous rendre dans un centre sûr et à consulter un médecin pour établir un devis avant de vous lancer. Certains professionnels de la santé restent tout de même assez mitigés sur cette technique, estimant ne pas avoir suffisamment de recul pour savoir ce que le laser peut induire sur cette zone du corps.

Quelle forme choisir pour une bonne épilation maillot ?

Aaah, l’éternelle question de la forme ! Je pense qu’une image parle mieux que mille mots, alors je vais me contenter de partager avec vous ce petit schéma vu sur Google Images. Plus l’épilation est technique, plus j’aurais tendance à vous recommander de vous rendre en institut.  Notamment concernant l’épilation des lèvres qui nécessite de faire très attention.

Y a t-il des mises en garde au sujet de l’épilation maillot ?

Oui et non ! Je dirais que ça n’est pas un geste périlleux si on fait attention, si on ne cherche pas à se bousiller les lèvres et si on choisit les bons produits ou si on va chez l’esthéticienne. Bref, ça peut bien se passer. Mais ça peut aussi mal se passer. Globalement, voilà ce que je vous recommanderais :

  • En cas de doute ou de peur de mal faire, prenez rendez-vous chez l’esthéticienne. Oui, la cire vous fera quand même mal. Mais au moins, c’est une pro qui s’occupera de vous et ça ira beaucoup mieux, croyez-moi !
  • Si on a peur de se lancer dans l’épilation intégrale chez une esthéticienne qu’on ne connaît pas, pas de panique ! On commence par une séance d’épilation du maillot plus classique. Et 3-4 semaines plus tard, on se lance si on est en confiance ! Après l’épilation intégrale, on privilégie le contact avec du coton tout doux plutôt qu’avec des sous-vêtements en synthétique.
  • Pensez systématiquement à désinfecter après une épilation ou une session rasage. En cas de micro-coupures, vous pourriez avoir une mauvaise surprise et développer une infection.
  • Certaines épilations (du maillot) peuvent mal tourner et nécessitent de consulter un médecin ou plus particulièrement un dermatologue. Soyez vigilantes en cas d’apparition de kystes, de boutons, de rougeurs intenses  ou de sensations de douleur. Idem, si un poil semble définitivement « pris » sous la peau, il est peut-être nécessaire de laisser le dermatologue s’en charger.

Envie d’en savoir plus ? N’hésitez pas à poser toutes vos questions via les commentaires, je vous répondrai avec plaisir !

Autres articles

Chute de cheveux : j’en souffre, je fais quoi ?!

Irene

Patch anti points noirs : est-ce vraiment utile ?

Irene

Epilateur Silk-Epil 9 Skinspa Braun : à vous de l’essayer !

Irene

Lait d’ânesse : quelles véritables vertus ?

Irene

La Crème Nivea qui fait plaisir aux petits

Irene

Les Découvertes de la Semaine #13

Irene