Image default
Animaux / Agriculture

Ara hyacinthe : le plus grand des perroquets

De la famille des Psittacidae, l’ara hyacinthe est un oiseau de la lignée du perroquet. L’ara hyacinthe est un oiseau d’une grande beauté avec des plumes bleues cobalt, dont un plumage plus clair sur la tête et plus foncé au niveau des ailes et sous la queue. Une couleur jaune au niveau de la mâchoire inférieur de son bec et entourant les yeux forme un joli contraste. Le bec, quant à lui, est d’une couleur noire et les pattes se distingue par sa couleur grise. Ces jolies couleurs qui semblent avoir trouvé la bonne place chacune confèrent à l’ara hyacinthe un habit majestueux.

La taille moyenne de l’ara hyacinthe est de 1 mètre, mais certains spécimens arrivent à atteindre 1,50 mètre, ce qui fait de cet oiseau le plus grand et le plus imposant des psittacidés. Son poids est estimé entre 1,4 kg et 1,6 kg, un poids qui lui permet de faire de grands envols avec ses grandes ailes supportant un poids plus léger. L’ara hyacinthe se trouve en général en Amérique du Sud, dans les forêts tropicales des Cerrado et Pantal de Brésil, mais on peut aussi le rencontrer en Bolivie et au Paraguay. Un oiseau robuste par son physique et par sa longévité, il peut vivre jusqu’à 50 ans, le processus de croissance d’un ara hyacinthe est plutôt long, il mettra quelques années jusqu’à 5 ans pour arriver à sa taille définitive. Il est également impossible de reconnaître le mâle de la femelle à l’œil nu, toutefois, même si cette espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel, les connaisseurs arrivent à discerner le mâle de la femelle grâce au corps plus élancé de l’ara hyacinthe femelle.

Ara hyacinthe, la voix puissante de la forêt

L’ara hyacinthe ne possède pas seulement un corps d’une certaine envergure, il est aussi reconnu pour avoir une voix puissante avec différents cris qu’il émet selon les situations. Pendant son envol en couple, l’ara hyacinthe pousse des cris puissants lui permettant de rediriger le ou la partenaire vers lui ou vers elle. Quand l’ara hyacinthe se trouve en collectivité, les bruits qu’il émet ressembleraient à ceux qui accompagnent les jappements d’un chiot, une sorte de grognement. Face à des dangers ou pour alerter les siens, l’ara hyacinthe pousse des cris grinçants. La puissance sonore de ces cris atteint un décibel très important qu’il est possible de les entendre à des kilomètres. L’ara hyacinthe est très bruyant, mais par rapport à d’autres types de perroquet, il semble être le plus calme.

L’ara hyacinthe, avec sa grande taille, aura besoin d’un grand espace pour évoluer. En captivité, l’ara hyacinthe doit bénéficier d’une grande cage, certaines aires aménagent de grandes pièces pour lui permettre de dépenser son énergie et d’être à l’aise dans son univers. Les perchoirs et autres accessoires pour leur survie sont soigneusement choisis afin de supporter sa vivacité. C’est un oiseau très dynamique qui est doté d’une grande énergie, l’ara hyacinthe est toujours  en activité et entame souvent de grands envols. Quand il se pose sur une branche, il lui arrive également de déployer ses grandes ailes sur place. La grande queue de l’ara hyacinthe lui sert de gouvernail quand il vole entre les branches, elle lui permet de diriger son envol pour s’incruster dans des endroits plutôt exigus.

On peut rencontrer l’ara hyacinthe dans des forêts moins denses qui lui permettent de faire de grands envols. On le trouve aussi dans les forêts feuillus, l’ara hyacinthe trouve dans les cerrados, ces régions de savane brésiliennes, le parfait habitat, mais il se sent aussi chez lui dans les palmiers-savane qui caractérisent le Pantanal.

Ara hyacinthe, un oiseau monogame

Comme d’autres oiseaux, l’ara hyacinthe est une espèce fidèle qui est strictement monogame. Une femelle et un mâle formeront un couple pour toute leur vie et partagent tout ensemble : le nid, les envols et la nourriture. Quand un couple se forme, les deux partenaires peuvent devenir très protecteurs et deviennent plus agressifs par rapport à son partenaire respectif. Il vit dans une colonie de 6 à 25 individus, sauf qu’il est en couple avec un seul et même partenaire pour toute la vie.

Ce grand perroquet peut aussi vivre en solitaire ou seulement avec son partenaire, surtout quand c’est la période de la reproduction, qui se situe entre juillet et décembre, et la nidification. La saison de la ponte permet à la femelle de pondre 2 œufs en moyenne, la couvaison dure environ entre 27 et 30 jours. Le parfait tandem entre le mâle et la femelle se traduit également par la grande volonté de l’ara hyacinthe mâle à nourrir sa compagne pendant l’incubation. L’ara hyacinthe confectionne son nid dans les grands arbres, particulièrement ceux des espèces Enterolobium et Sterculia, ou encore dans des ouvertures rocheuses. Les parents s’occupent de la nourriture de leur progéniture et c’est seulement après 14 semaines que le jeune ara hyacinthe quitte son nid et volera de ses propres ailes. Le jeune ara hyacinthe commence sa maturité sexuelle à 5 ans, mais il n’arrivera pas à reproduire avant qu’il n’atteigne ses 10 ans.

L’ara hyacinthe est un oiseau qui possède une grande force au niveau de son bec. Son bec est pourvu d’une grande capacité qu’il est considéré comme son troisième membre, ainsi, il est capable de couper et de transporter sa nourriture avec, essentiellement des noix. L’ara hyacinthe est très friand de noix de palmier, ceux-ci constituent son principal repas, et avec son bec, il parvient sans difficulté à casser la coque. L’ara hyacinthe est aussi un grand frugivore, il aime particulièrement les figues et quelques autres fruits. Longeant les rivières et les cours d’eau, l’ara hyacinthe se sert des mollusques d’eau douce, en l’occurrence des ampullaires. Il apprécie également les céréales, mais mange aussi des insectes quand l’occasion se présente.

L’ara hyacinthe se distingue par sa robustesse, ce qui prouve sa longévité. Il a une santé de fer et ne requiert pas trop de dispositions spécifiques. Toutefois, il est nécessaire de lui offrir un bel environnement qui optimisera son évolution. Il est important alors de lui donner une alimentation saine et adaptée, de le soumettre à des soins ou plutôt à des contrôles, surtout au niveau de son bec quand on remarque une certaine difficulté à manger, de lui offrir une plus grande espace avec les perchoirs d’une certaine hauteur.

Préservons l’ara hyacinthe !

La situation de l’ara hyacinthe est plutôt préoccupante. En effet, le plus grand des perroquets tend à disparaître actuellement et aura besoin d’une plus grande attention pour assurer sa pérennité. Il y a quelques années, dans les années 80 pour être précis, on a recensé plus de 10 000 individus qui ont été enlevés de leur milieu naturel au Brésil pour des fins commerciaux ou autres. Le plus grand menace qui pèse sur cette espèce est la destruction de ses habitats. L’élevage de bétail et l’agriculture intensive ont conduit les autochtones à détruire quelques hectares de forêt, et les habitats de l’ara hyacinthe avec. Les feux dont les agriculteurs font usages pour débroussailler impactent fortement sur la population des aras hyacinthes qu’ils perdent les arbres de nidifications et migrent vers d’autres endroits qui ne sont pas forcément adaptés à leur évolution.

Dans certains cas, les Indiens de Kayapo de Gorotire les ont également chassés pour leur chair et utilisent leurs plumes, dont la couleur est si spécifique, pour confectionner des ornements de leur coiffure. Heureusement, de nombreux propriétaires de ranch sont sensibles à leur survie et adoptent de nouvelle politique pour les protéger. Au Brésil et en Bolivie, des lois ont été établies afin de protéger l’ara hyacinthe et il est désormais interdit de le soumettre à l’exportation commerciale. Quelques campagnes ont même été menées pour fabriquer des nids artificiels afin d’assurer les prochaines générations.

Considéré comme espèce vulnérable par UICN, l’ara hyacinthe a perdu plus de 50 fois de son effectif d’il y a quelques dizaines d’année. On ne recense plus que quelques 1 500 individus à l’état sauvage. Des études, des recherches et surtout des campagnes de sensibilisation ont été menées pour augmenter le nombre de l’ara hyacinthe et surtout pour sauvegarder les spécimens recensés. La lutte contre le braconnage fait l’objet de décrets et lois auprès des autorités de plusieurs pays.

Pour mieux connaître l’ara hyacinthe

Petits et grands ont suivi le célèbre dessin animé « Rio » et ont gardé de belles images dans la tête, mais l’histoire a aussi sensibilisé plus d’un pour s’allier à la cause de ce bel oiseau. Certes, il est encore possible de rencontrer des centaines d’ara hyacinthes longeant le fleuve de l’Amazone, mais cela reste un rêve plutôt inaccessible pour beaucoup.

Beaucoup de parcs zoologiques français se sont constitués « ambassadeurs » de cette espèce et ont mis tous les moyens pour reconstituer son milieu. Il est alors possible de voir l’ara hyacinthe entamer des envols et arborer leur beau plumage dans des conditions qui lui sont favorables. Entendre leurs cris, les observer dans leur quotidien sans les perturber sont tout à fait accessible. Une expérience à vivre intensément !

Autres articles

Du matériel pour les élevages destinés aux volailles

Journal

3 raisons pour lesquelles faire découvrir un zoo à Lyon à votre enfant

administrateur

Comment s’en sortir avec le lisier ?

Journal

3 bonnes raisons de neutraliser sa cuve à fioul

Nicolas

Le chat est-il un animal fait pour vous ?

Emmanuel